Akhal-Teke Magazine

Akhal-Teke Magazine

Premières leçons d’Abdoula Kahn et Laurence avec Patrice Franchet d’Espèrey.

Cet été, nous avons eu la chance de prendre quelques leçons avec Patrice Franchet d’Espeyret, l’auteur entre autre de la Main du Maître, dont l’équitation bauchériste me semblait particulièrement adaptée aux chevaux de sang et à ma philosophie de l’équitation. Il y avait bien dix ans que je n’avais pas travaillé dans un manège et ce fut un vrai plaisir.

 

L’essentiel du travail a porté sur l’analyse des résistances d’Abdoula, situées essentiellement dans la nuque et la mâchoire. Nous avons donc revu sous l’œil du Maître la cession de mâchoire, la décontration de l’encolure, le soutien de l’encolure, et la cession de la nuque, qui est le principal point de force de l’encolure d’Abdoula. Le Maître m’a fait l’honneur de monter Abdoula et l’a trouvé souple et facile. Reste à mettre la cavalière au niveau du cheval.

 

Deux exercices ont été particulièrement travaillés : la flexion sur rêne d’ouverture avec les hanches poussées vers l’extérieur pour obtenir une descente d’encolure avec décontraction et étirement de toute la ligne du dessus, et le cercle sur rêne d’appui avec le bout du nez à gauche et une bonne ouverture de l’encolure dans le but d’obtenir le soutien.

 

Abdoula avait pris l’habitude de passer derrière la main en contractant la nuque, il a donc été question d’obtenir de lui la décontraction de la nuque, et l’obéissance de la bouche à la main.

 

Un début donc sans grand fracas mais en assurant chacun des moments qui doivent conduire vers le vrai rassembler et la vraie légèreté.

 

J’ai mesuré à quel point travailler seul est souvent difficile, un cheval peut sembler placé et ne pas l’être réellement. Les photos sont trompeuses et rien ne remplace les sensations.

 

Avec Joël qui profitait aussi de ce moment d’exception, nous nous sommes souvent demandé pourquoi tant de contradiction entre cette équitation-là et celle qu’on nous enseigne souvent. Nouvelle manière de demander le départ au galop notamment, qui nous a passablement décontenancé au début…

 

Le bilan de ces quelques jours de travail en manège est des plus intéressant pour nous, dans la mesure où il nous a permis de sentir un certain nombre de chose qui restaient par trop abstraite, comme notamment le soutien.

 

J’espère que nous aurons l’occasion de poursuivre ce travail intéressant dans les années à venir.



09/09/2010
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres