Akhal-Teke Magazine

Akhal-Teke Magazine

Lettre ouverte à l’association Akhal-Téké France ou Pourquoi je ne suis pas membre de l’association

 

Il est reconnu à l’association les objectifs suivants :

 

•    préserver, protéger et promouvoir le cheval de race Akhal-Téké de pur sang

•    assurer les échanges d'informations en provenance ou à destination du centre russe de gestion de la race

•    coordonner l'activité des membres de l'association dans le cadre de ses objectifs de valorisation de la race

 

Cette association est d’autre part reconnue par le ministère de l'Agriculture comme association gestionnaire de la race Akhal-Téké en France depuis 2004.

 

Or, eu égard à mon expérience de propriétaire de chevaux akhal-tékés, j’estime que l’association ne remplit pas son rôle pour les raisons suivantes :

- Elle a mis en place des règles imposant aux propriétaires d’étalons de les présenter devant une commission de stud-book. Cette obligation est purement financière puisque tous les chevaux présentés sont considérés aptes.

De plus, en estimant que les évaluations faites soient un conseil aux propriétaires de jument, il est aisé de mettre en avant le fait que certains étalons notés A ne correspondent pas au simple standard de la race, en relevant par exemple les mensurations de ces derniers. Les évaluateurs ne semblent donc pas compétents pour mener une simple mission minimale de conseil.

Les chevaux prélevés puis castrés sont dispensés d’évaluation.

La France est le seul pays à imposer cette restriction aux éleveurs.

Étant donné le faible nombre de chevaux elle semble donc inadéquate.

Par conséquent, l’obligation financière faite aux éleveurs de présenter leurs étalons est contraire à l’une des missions de l’association, à savoir promouvoir la race, dans la mesure où elle décourage les petits propriétaires, encourage à la castration car les étalons disponibles en IAC puis castrés échappent à cette taxe, mettent en valeur des étalons qui ne répondent même pas au standard de la race, impose un surcoût aux éleveurs français par rapport aux autres éleveurs européens.

- L’association censée rassembler les propriétaires et leurs chevaux propose une cotisation variable selon le nombre de chevaux, sous prétexte qu’elle reverse un bakchich à l’association russe. Du coup, les éleveurs moyens, qui possèdent entre 3 et 5 chevaux, sont les plus sollicités et quittent l’association. Rappelons au passage que vos adhérents sont les seuls e,n Europe à reverser de l’argent aux organismes russes alors qu’ils payent déjà leur propre organisme.

- La mission de coordination des membres de l’association n’est par ailleurs pas remplie elle non plus : aucun contrôle ni restriction quant à la présentation de tel ou tel cheval à tel ou tel salon a engendré et engendrera la présentation de chevaux étiques qui dévalorisent la race au lieu de la valoriser. Aucune subvention n’est demandée par l’association pour organiser des manifestations, subventions qui permettraient de soutenir des éleveurs possédant des chevaux représentatifs de la race en prenant en charge leurs frais.

 

Par conséquent, l’association ne remplit aucune de ses missions, elle regroupe très insuffisamment des éleveurs qui ne trouvent aucun bénéfice personnel à en faire partie.

 

Il serait bon que l’association change de logique de fonctionnement, notamment qu’elle mette en place une cotisation unique et cesse de reverser des deniers à la Russie, qu’elle supprime la taxe sur l’étalonnage qu’elle a mise en place via la commission de stud-book, qu’elle organise de vrais concours modèle et allure dotés de juges extérieurs indépendants et compétents, qu’elle mène une politique de recherche de financement pour créer un fond de prise en charge des représentations des éleveurs, qu’elle adopte une politique de contrôle des présentations de la race au public, qu’elle propose une grille d’évaluation de tous les chevaux fondée sur des critères objectifs de résultats en compétition et en concours modèle et allure, qu’elle nomme des membres d’honneur, ayant permis de valoriser la race, et donc dispensés de cotisation.

 

Depuis 2004, date de la reconnaissance de la race par les Haras Nationaux, l’association a échoué à faire entrer la race dans la cour des chevaux de sport. Sa politique les confine à des chevaux de loisir aux jolies couleurs mais à la conformation médiocre. Elle programme donc le déclin de la race en France ou a minima son confinement dans les marges exotiques. Et par voie de conséquence, sa propre disparition.

 

Personnellement, je ne demande pas mieux que de m’impliquer dans une association qui valorise la race que j’élève, mais je ne pourrai le faire que lorsque l’association sera conforme à ce que j’attends d’elle et aux objectifs qu’elle annonce et je serais ravie que ses membres s'expriment ici.

 

 

 

Laurence Bougault



30/11/2010
9 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres