Akhal-Teke Magazine

Akhal-Teke Magazine

Les lignées

L'akhal-téké est élevé selon une généalogie de lignées. Un certain nombre d'étalons se sont en effet illustrés en course, par leur beauté, leur résistance ou les qualités de leur descendants, et sont devenus chefs de lignée. Chaque chef de lignée a ses propres caractéristiques quant au type et quant aux performances, si bien que la MAAK (l'association russe des chevaux Akhal-téké) publie le standard des différentes lignées.

Cette spécificité de la race turkmène remonte à un temps beaucoup plus ancien que l'actuel stud-book. De même que les hommes s'organisaient en clans, c'est-à-dire en familles, réunies autour d'un homme fort, de même ces guerriers ont, par tradition, perpétué le nom des étalons qui leur semblaient dignes de mémoire. On dit que certains de ces chefs de lignée s'illustrèrent par exemple en sauvant leur berger des griffes du tigre, dans la montagne qui sépare le Turkménistan de l'Iran, d'autres étaient célèbres pour leur vitesse, d'autres pour leur endurance, d'autres pour leur beauté. Depuis l'ère soviétique, la vitesse et la beauté ont été les critères de sélection essentiels, côté russe, mais les Turkmènes sont attachés aux qualités d'endurance de leurs chevaux et ont mis un point d'honneur à les prouver lors de deux raids Ashkabat-Moscou, le premier en 1935 (4300 km en 84 jours), le second en 1988 (3200 km en 63 jours). Certains chefs de lignée ont d'ailleurs participé au premier raid.

Aujourd'hui, le stud-book moderne compte 17 lignées et 56 principales familles de juments. Les lignées paternelles sont

 

  1. Ak Belek
  2. Ak Sakal  
  3. Arab   
  4. Dor Bairam
  5. Yel/El
  6. Everdi Teleke 
  7. Fakirpelvan     
  8. Gelishikli       
  9. Kaplan
  10. Karlavach
  11. Kir Sakar  
  12. Mele Kush  
  13. Peren  
  14. Posman
  15. Sapar Khan  
  16. Skak
  17. Toporbai

 Voir les photos dans l'album...

100 Yel/El

 

El est né en 1932 au Turkménistan dans ce qui est aujourd'hui l'élevage Niazov. Il était assez mal nourri mais une fois installé à l'hippodrome d'Ashkabad, il reprit de l'état et prouva rapidement qu'il était un cheval de course hors pair. A quatre ans, il courait le 2000 mètres en 2'24'' (2'05'' pour un Pur-Sang sur la même distance). El, dont le nom peut être traduit par « vent » ou « pouvoir », était un étalon bai doré avec une petite tête et une nuque courte, un dos long, une bonne croupe, des jambes assez sèches et une curieuse combinaison de longueur et de force.

Beaucoup de ses produits ont disparu pendant l'effort de guerre en 1945 et trois seulement semblent avoir survécu : Enlimez qui n'a jamais été enregistré, et les juments 1184 Elan et 650 Elmik qui ont laissé peu de descendance.

Enlimez lui-même n'a laissé qu'un fils, 682 Almaz, et c'est par lui seul que la lignée perdure.

Les chevaux de cette lignée ont généralement de la vitesse et de l'endurance.

 

779 Peren

Isabelle doré (ce qui signifirait à la fois isabelle et alezan), Peren est né en 1955 au Turkmenistan. Il mesurait 160cm au garrot. Classé ELITE, il fut Champion de la race en 1967.

Les performances de Peren en course étaient bonnes sans être exceptionnelles. Mais tout le reste l'était. Il était bien typé. Quoiqu'il fût grand pour la race, il produisit plutôt petit. Son fils Polotli, né en 1965, resta invincible en course. Un monument lui fut érigé en 1988 au Turkménistan. La Maak conseille de croiser cette lignée avec les lignées Kaplan, Kir Sakar et Karlavach.

 

828 Fakir Pelvan

Fakir Pelvan, qui signifie « héros magique », était un alezan né en 1951 à Ashkabad. Classé "Elite" en 1961, il fut Champion de la race au concours de l'agriculture de Moscou en 1969.

Il est l'un des deux frères célèbres amené du Turkménistan à Tersk, où ils furent tous deux suffisamment efficaces pour fonder leurs propres lignées.

Beaucoup de passionnés admirent la pureté de son pédigree et pourtant, il est peu typé et ressemble assez à un Pur-Sang anglais. Mais un grand nombre de ses ancêtres étaient aussi chef de lignées : 100 El, 198 Posman, 175 Mele Kush.

Fakir Pelvan fut acheté par Vladimir Chamborant, avec son demi-frère Gelishikli, pour fonder son élevage, dont la descendance se trouve aujourd'hui surtout au Dagestan. Les Turkmènes utilisaient peu ces deux chevaux, trop loin selon eux du modèle idéal du cheval de course.

On considère que les meilleurs fils de Fakirpelvan sont 919 Opal et 971 Khalif.

Fakir Pelvan fut le père du grand cheval d'obstacle que fut l'Akhal-Teke Penteli.

Aujourd'hui, c'est l'un de ses descendants, Yanardag, qui orne l'emblème national du Turkménistan.

 

9 Ak Belek

Ak Belek était un cheval gris marqué de blanc, né 1932 au Turkmenistan. Son nom signifie "Taille blanche". Ak Belek fut le seul chef de lignée connu pour être pie et le seul qui a été enregistré comme porteur d'une ascendance mâle de Pur-Sang Anglais.

La lignée d'Ak Belek est rare aujourd'hui, mais il a été d'une grande valeur. Selon Tatiana Riabova, aujourd'hui responsable du Stud Book :

« Il descend du côté mâle de Fortingbrass (PS) — ce qui semble desservir la lignée si bien que beaucoup de spécialistes modernes sont prêts à prendre des mesures strictes pour éliminer cette lignée. Pourtant, Ak Belek lui-même était clairement de  type et de conformation Akhal-Téké. Il est impossible d'oublier que sans la splendide jument de sa lignée, Pobeda, nous n'aurions pas eu le magnifique Peren, fondateur d'une des lignées modernes les plus utilisées. »

Ak Belek était bien connu pour produire des poulains plus typés que lui. Ses filles étaient particulièrement bonnes poulinières. Il est ce qu'on appellerait aujourd'hui un excellent père de mères.

 

13 Ak Sakal

Littéralement, "Barbe Blanche" ou "Le sage", gris, né en 1930. Ak Sakal descend de la vieille lignée Chopar Kel et mesurait 152 cm. Il était du type Alaman-At. Il participa au fameux Ashkabad-Moscow de 1934, et il est le seul chef de lignée qui ne remonte pas à Boinou/Kutli-Sakar.

Nous savons très peu de cette lignée, bien qu'ils soient né tard dans l'histoire du stud-book. On pense qu'il était de pur-sang, mais on ne connaît pas les noms de tous ses ascendants.

La lignée Ak-Sakal fut établie quand l'étalon gris Kara-Kir commença sa carrière. La plupart des descendants de cette lignée remontent à cet étalon. Kara-Kir fut un bon cheval de course pour les courtes distances et établit le record sur 1200 mètres qu'il garda plusieurs années. Aujourd'hui les Akhal-Tékés de cette lignée sont connus pour être très typés et de constitution délicate. L'étalon Mamuk donne un bon exemple de la lignée.

 

26 Arab

Gris, né en 1930, 157cm.

Arab était d'une constitution solide, relativement plus massive que la normale de la race. Il devint chef de lignée après quatorze ans d'évaluation de sa descendance et pour deux raisons : sa participation à la course Ashgabat-Moscou, et sa morphologie assez proche des chevaux de sport moderne, en particulier des chevaux de dressage. Son fils, Absent s'illustra lors de trois olympiades.

Les ascendants d'Arab sont mal connus. Sa mère est enregistrée simplement comme "jument Akhal-Teke". Mais ses qualités sportives, surtout à l'obstacle, sont indiscutables. Il détient le record sénior du plus haut saut (2,12m à l'âge de seize ans).

Arab perdure surtout à travers deux descendants : Absent et Alam.

Arab est symbolique de l'opposition entre type et performance. Surtout chez les mâles, il semblerait que les meilleurs performers soient aussi les moins typés.

Au sujet de cette lignée, Tatiana Riabova constate que "le croisement le plus approprié pour la lignée Arab est la lignée Gelishikli, ce qui donne un produit d'une grande endurance, avec des aptitudes sportives mais insuffisant quant au type". D'autres croisements efficients seraient avec les lignées Kaplan, Skak and Sapar Khan.

 

85 Dor Bairam

Bai, né en 1925 au Turkmenistan, 1.55 m.  Dor Bairam est un autre étalon de la lignée Chopar Kel. Il était d'une bonne taille pour l'époque et très musclé, avec une bonne croupe.

Dor Bairam fut très utilisé au Turkmenistan, mais la plupart de ses fils furent vendus au Kazakhstan. Comme Kir Sakar, Dor Bairam fut un très grand père de mères.

Aujourd'hui, les principaux étalons continuateurs de la lignée sont le cremello Dagdan, à Stavropol, et le gris Smaragd.

 

154 Everdi Teleke

Isabelle charbonné, né en 1914 au Turkmenistan, Everdi Teleke représente le type extrême. Il avait les mêmes proportions que Boinou mais ses fils étaient généralement plus petits que lui. La lignée est aujourd'hui très appréciée au Turkménistan pour les chevaux de course, à l'instar de la lignée El. On retrouve en général une encolure très fine et un port de tête très haut.

Les étalons 028 Mele, 942 Alvan, 1071 Makpal, Meleke et les juments Anketa, Sakar Kush et Elichi sont représentatifs de cette lignée. Azan, en France, est un bon exemple du type extrême des chevaux de cette lignée (il fut champion de la race en 1998).

 

697 Gelishikli

Bai, né en 1949 au Turkménistan, Gelishikli est connu pour son extrême beauté. Il fut sacré champion de la race en 1964 à Moscou. Avec son demi-frère Fakir Pelvan, il fut acheté par Vladimir Chamborant pour fonder son élevage. Ses descendants se distinguent par une grande taille, et un extérieur très classique. Ils sont généralement de bons chevaux de sport.

 

721 Kaplan

Kaplan signifie « tigre ». C'était un étalon noir, né 1957 à Ashkabad. Il mesurait 161 cm au garrot et fut classé Elite en 1968 pour son extrême beauté.

Kaplan était aussi un excellent cheval de course. En six ans, il courut 26 fois et gagna 17 de ces courses.

 

432 Karlavach

Bulanaya sombre, né en 1939 au Turkménistan; 156 cm au garrot, classé ELITE en 1949, issu de la lignée Toporbai.

Karlavach était un excellent cheval de course avec 12,5% de sang Pur-sang Anglais. Néanmoins, sa conformation n'a rien à voir avec celle d'un Pur-Sang Anglais. Ses performances sont d'ailleurs comparables à celles des autres Akhal-Téké de course. Karlavach était entraîné chez Aga Mohammed, qui le décrivait ainsi : « un joli petit cheval ; il m'aide à assumer ma passion des chevaux. »

Un de ses fils les plus célèlebres, 886 Kambar, né en 1961 au Turkménistan, était un prodigieux cheval de courses. Il gagna 32 des 59 courses auxquelles il participa. Il fut aussi champion de la race. Il eut une nombreuse descendance mâle.

Un autre fils, Gandikap a lui aussi marqué la race par la qualité de ses produits.

 

448 Kir Sakar

Gris, né en 1936, classé ELITE en 1949. Kir Sakar devint chef de lignée sur la base de l'évaluation de ses fils : quatre d'entre eux — Kelam, Edenli, Goklen et Karader sont considérés par la MAAK comme représentatifs de la race. Son meilleur fils fut sans doute Keymir. Néanmoins, Kir Sakar est plutôt considéré en général comme un excellent père de mères. Ses filles, Kagiz, Karali, Keskelti, Keshte et Kachkyr se rencontrent souvent dans les pédigrees d'Akhal-Téké.

Les points forts de la lignée sont une bonne croupe, une bonne taille, une conformation solide, des allures très coulées. Les performances en course des chevaux de cette lignée sont médiocres mais ils sont généralement très typés.

 

175 Mele Kush

Dont le nom signifie « oiseau jaune » est le dernier fils de Boinou, né en 1909 et mort en 1933. Sa robe était Buranaya doré. Il est très populaire et passe pour le meilleur produit de Boinou, bien qu'il n'était pas de conformation parfaite. Il avait en particulier de très longues épaules.

Sa lignée perdure à travers ses fils Meleker et surtout Suncheli, dont le fils Sapar Khan devint à son tour chef de lignée. Parmi ses meilleurs descendants, on retiendra 818 Telekush, 1014 Telekush II, Tebigat, Tyllanur et Tolkun.

 

213 Sapar Khan - Sere

Bai doré, né 1932 au Turkmenistan. Son meilleur fils est Sere qui tend à devenir lui aussi chef de lignée. Sapar Khan était un modèle puissant et bien équilibré, correspondant à l'idée que se faisait les russes du bon cheval de sport. 

 

569 Skak

Bai, né en 1940 à Djambul. Les chevaux de cette lignée possèdent en général une grande taille et une solide ossature, avec un dos modéremment long. Ils sont réputés pour la fluidité de leurs allures et leur beauté sculpturale mais ils manquent de vitesse en course. Le plus caractéristique de ces descendants est l'étalon Polotli.

 

224 Toporbai

« Bulanaya » clair, c'est-à-dire isabelle/bai doré, né en 1918 et mort à l'âge de 17 ans. C'est l'une des plus anciennes lignées russes.

Ses produits sont très typés et bien équilibrés. Il appartient à l'ancien type, puissant, appelé alaman-at ou type Goklan, avec beaucoup d'air sous le ventre et des jambes solides, mais, fait inhabituel chez les Akhal-Téké comme chez les Purs-Sangs, une tête assez massive. L'un de ses meilleurs descendants est le chef de lignée Karlavach.

On le retrouve aussi dans les pedigrees à travers son fils 044 Tillya Kush, souvent écarté à cause d'ascendants Pur-Sang. Tillya Kush est néanmoins considéré comme un bon exemple de réussite entre la conformation du Pur-Sang et le type Akhal-Téké. Un fils de Tillya Kush, l'isabelle Yulduz ("la Star," né en 1923) fut un cheval de course de premier ordre en Ouzbekistan, et fit la monte pendant un temps à la ferme Yomud qui se trouvait là-bas.

 

198 Posman

Gris, né en 1919 au Turkménistan. Posman était célèbre pour ses qualités de cheval de course. Sa descendance est réputée pour sa finesse et son tempérament ardent. La lignée produit en général des dos très longs mais plutôt droits et du type, accompagné de très bonnes qualités de vitesse.  Les meilleurs représentants de cette lignée sont Kermek, Garaman et Yyldyz.



20/11/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres