Akhal-Teke Magazine

Akhal-Teke Magazine

Leonid Babaev dénonce des irrégularités dans le stud-book russe des chevaux alkhal-tékés

Leonid Babaev dénonce des irrégularités dans le Stud Book Russe dans un article dont je vous propose la traduction.

"Les dix dernières années, au Turkménistan, aucun test de filiation par contrôle ADN n’a été effectué. Malgré cela, un certain nombre de chevaux ont été exportés et utilisés pour la reproduction dans d’autres pays.

Pour les néophytes, les chevaux nés au Turkménistan sont spéciaux et possèdent des origines turkmènes du berceau de la race ce qui attire la demande. 

Sans le concours du studbook officiel et de ses certifications, ce commerce serait impossible. Donc, les registres du studbook du VNIIK jouent dans ces échanges le rôle de légalisation de ces chevaux à l’extérieur du Turkménistan.

L’étalon Pay est arrivé dans notre champ de vision du Turkménistan en 2006 et a été enregistré dans le Studbook du VNIIK sous le numéro 100300205 de l’étalon 1269 Piyada et de la jument 100101598 Elgunchi. L’importation a été faite pour le compte de Monsieur E. Kishenko et payée à l’avance comme fils de Pyada. Les analyses immunogénétiques du sang de Piyada a montré deux fois l’impossibilité de paternité de Piyada. Probablement, le risque de retour et de remboursement du cheval a forcé les vendeurs et le studbook à fabriquer des papiers pour l’étalon Pay, en tant que fils de Pyada.

 Par décision du bureau de WATO, M. Vorosov V. P. et M. Babaev L.I. en présence du propriétaire de l’étalon Pay, M. Kishenko ont prélevé des crins et avec l’aide de M. Mirhodjaev K.A. ont envoyés ces crins au laboratoire Munich Genetic Laboratory (Allemagne) pour un test ADN de paternité. Les test ADN de Piyada sont parvenus précédemment à ce laboratoire pour des recherches sur ses filles, les juments Gulshat et Pajli-sher.

 Le 20/5/2011 le laboratoire de Munich a envoyé des résultats confirmant l’impossibilité de paternité de Pyada. Les faits sont donc prouvés.

Il s’en suit que le Studbook est discrédité.

Je (Leonid Babaev) demande la démission des personnes discréditées de la gestion de la race, et l’expersise de tous les chevaux sortis du Turkménistan depuis 2000.

En cas d’impossibilité à satisfaire ces demandes, je suggère que le Studbook soit mis sous le contrôle du WATO, sur la base du volume X du studbook."

 

L. Babayev, éleveur, coordinateur de l'association WATO.

 

Mon opinion en tant que propriétaire d'akhal-téké est que ce genre d'irrégularité et de fraude existe dans tous les stud-books et que la vigilance est toujours de mise. Ils sont cependant restreints par des instances autonomes comme celles que nous offre encore (mais pour combien de temps?) les Haras Nationaux français. La situation actuelle de la race reste préoccupante pour plusieurs raisons: éclatement des structures en multiples associations : MAAK, WATO, etc., manque de démocratie dans les instances de jugement et de contrôle, manque de professionnels dans la race, manque d'autonomie des instances de contrôle par rapport aux éleveurs.



02/06/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres