Akhal-Teke Magazine

Akhal-Teke Magazine

Eléments de présentation de la race

ORIGINE DE LA RACE

C’est au Turkménistan que naît l’Akhal Téké, entre la Caspienne et les montagnes de l’Afghanistan et de l’Iran, dans les steppes sans fin qui s’étendent jusqu’aux confins de l’Asie. C’est là qu’on retrouve l’une des plus anciennes traces de domestication du cheval. Les archéologues ont en effet découvert au printemps 2000, dans la nécropole de Gonur-depe (dans la région de Mari), datant du IIIe et IIe millénaire avant J.C., le squelette d’un poulain d’un an sacrifié près des tombes d’hommes. Ailleurs, dans le sud du Turkménistan, d’autres fouilles révèlent une domestication sans doute antérieure. Quoi qu’il en soit, les peuples indo-iraniens et turcomans, contrairement à d’autres peuples d’Asie, comme les Mongols, semblent avoir très tôt pris conscience de l’utilité de sélectionner les chevaux en fonction de leurs qualités physiques et de leurs aptitudes, en particulier la vitesse et l’endurance. Du coup, les chevaux turkmènes (comme les chevaux turcs) sont relativement grands pour des races anciennes et présentent bien des ressemblances avec le Pur-Sang Anglais.

Deux tribus semblent avoir fait preuve de réelles qualités d’éleveurs : les Tékés qui peuplent l’oasis de l’Akhal, située autour d’Ashgabat (la ville de l’amour), et les Yomud, situés plus au nord.

Lorsque les Russes ont conquis ces territoires d’Asie Centrale, après de rudes batailles, ils ont baptisés les chevaux Turkmènes du nom de ces deux principaux foyers d’élevage : cheval yomud, correspondant plutôt à un cheval de berger, assez court et petit, quoique fin, et cheval akhal-téké, correspondant plutôt au cheval de guerre des combattants des steppes qui partagent avec les guerriers arabes la technique de l’assaut rapide, suivi d’un repli tout aussi rapide, à partir duquel ils affaiblissaient l’ennemi grâce à des tirs de flèches. Le cheval de ces guerriers devait donc posséder deux qualités : l’endurance (car il pouvait venir de loin) et une bonne pointe de vitesse (pour l’assaut).

Ce sont les Russes qui ont commencé le stud-book moderne à la fin du XIXe siècle, conscient de la valeur de l’Akhal-Téké comme cheval d’arme mais aussi comme cheval de course. Ce stud-book démarre ainsi en 1885 avec la naissance de Boynou, qui est à l’origine de tous les Akhal-Téké moderne.


CARACTÉRISTIQUES

L’Akhal-Téké est un Pur-Sang. Il partage certaines de ses qualités avec le Pur-sang Arabe et le Pur-Sang Anglais. Mais il possède une ligne caractéristique, notamment à cause de la longueur de son dos et de la finesse de son encolure, qu’il porte très haut, véritablement en col de cygne. Il est généralement sec, fin, longiligne, avec « beaucoup d’air sous le ventre », mais possède aussi une forte constitution et une charpente solide.

La tête est longue, finement ciselée, généralement avec un front large et des oreilles longues, portées très haut. Les yeux sont grands et expressifs, souvent dessinés en amandes. La nuque est longue et portée souvent presque à la verticale. Le garrot est le plus souvent très développé voire proéminent. Le corps est long et fin. La poitrine est plutôt étroite. Les jambes sont fines avec des tendons forts et saillants. Le paturon est long et extraordinairement flexible. Il s’appuie sur un sabot généralement fuyant, à la corne très dure. La peau est fine et le poil présente la caractéristique de réfléchir la lumière d’une manière particulière. Certains spécialistes considèrent que c’est parce qu’il est fourchu que ce poil diffracte la lumière, ce qui crée les fameux reflets des robes de l’Akhal-Téké. La crinière est rare et le toupet quasi inexistant.

Trois types d’Akhal-Téké peuvent être distingués. Le premier type est le plus typique et généralement bien représenté par les produits des lignées Gélishkli, Peren et Kaplan. Le second type, généralement plus petit et meilleur en vitesse pur est représenté par les lignées Karlavach et El. Le type 3, a un corps plus massif. Il est représenté par les lignées Arab et Dor-Bairam.

Le studbook de 1981 (Vol. VI) enregistrait les mensurations moyenne pour un étalon Akhal-Téké : 157.6 (hauteur au garrot), 160.1 (longueur du corps/tronc, mesuré en diagonal), 176.4 (tour de poitrine), 18.8 (circonférence du canon) et pour une jument 157-159-175-18.7. Douze ans plus tard, en 1993, les statistiques pour les étalons, faites sur 190 chevaux de 13 pays (dont 88 du Turkménistan, 51 de Russie et 21 du Kazakhstan), montraient une augmentation de toutes les mesures sauf la longueur du corps : 159.2-160.0-177.5-19.18. Les chevaux élevés en Europe sont généralement plus forts.


APTITUDES ET CARACTÈRE

La conformation de l’Akhal-Téké moderne lui confère une grande polyvalence sportive. Certaines lignées s’illustrent en course au Turkménistan et en Russie. D’autres possèdent l’élégance des allures et la puissance qui font un parfait cheval de dressage, la lignée Arab est sans doute la meilleure dans ce domaine. La puissance de leur arrière-main en fait généralement de bons sauteurs. Leur passé dans la steppe leur assure des tissus très secs, comparables à ceux du Pur-Sang Arabe et un rythme cardiaque très bas. Ils sont donc aptes aux épreuves d’endurance.

Dans les années à venir, ils devraient pouvoir faire leurs preuves en France dans des disciplines aussi variées que le dressage, le CSO, le complet ou l’endurance.

Contrairement à la légende, la plupart des Akhal-Téké sont calmes. Le fait qu’ils soient depuis des millénaires au contact de l’homme contribue à un tempérament très proche de l’humain. On dit que ce sont des chevaux à vouvoyer, parce qu’ils ont horreur de la violence. Ce ne sont pas des chevaux qui aiment changer de main. Ils apprécient d’avoir un seul cavalier, auquel ils s’attachent et envers qui ils sont capables de faire preuve d’un véritable dévouement.

Pour conclure, ce sont des chevaux généreux mais qui nécessitent du tact.


ROBES

Toutes les robes sont admises, mais l’Akhal-Téké a la particularité de posséder des robes rares, en particulier, l’isabelle doré et le cremello. De plus, une majorité des sujets présente la caractéristique unique de posséder une structure de poil telle qu’elle réfléchit la lumière pour produire à la surface des reflets métalliques.

La robe la plus prisée est l’isabelle doré. C’est cette couleur si caractéristique de la race et très recherchée des Turkmènes qui a fait surnommer souvent ces chevaux les « chevaux d’or »

Les Européens et les américains apprécient aussi le cremello. Les chevaux de cette robe ont généralement les yeux bleus. Les Turkmènes évitent de choisir ces chevaux comme reproducteurs, parce qu’ils les considèrent plus fragiles que d’autres. De fait, ils ont les yeux et la peau clairs, ce qui offre un risque de sensibilité aux rayons du soleil et peut être source de mélanome. En revanche, ils sont très appréciés pour le spectacle. Alexis Grüss, par exemple, présente un numéro avec des Akhal-Téké cremellos, parce qu’ils sont peu courants et ressemblent assez à l’image qu’on se fait d’un Pégase.

Les autres robes courantes sont : l’isabelle, le bai, l’alezan, le noir. Le noir, outre qu’il offre une bonne résistance aux agressions extérieures, est plutôt recherché car les reflets métalliques qui s’y ajoutent lui donne un brillant incomparable.

 

D’où vient la robe isabelle dorée ?

De nombreux internautes s’intéressant à la robe isabelle dorée de certains Akhal Téké, nous vous apportons quelques précisions. Ceci dit, en tant qu’éleveur et cavalière, je pense que se passionner pour une couleur de robe est ridicule. Un cheval n’est pas un pot de fleur ! Selon moi, ses qualités premières sont :

-       qualité de ses applombs ;

-       qualité de ses proportions, en particulier celles des épaules et des hanches ;

-       qualité du dos qui quelque soit sa longueur doit être droit et souple ;

-       absence de blanc au niveau des sabots ;

-       et d’une manière générale, absence de dépigmentation favorisant les lésions de la peau.

Ces qualités, assez peu recherchées aujourd’hui semble-t-il par les éleveurs, sont les qualités que je recherche en tant que cavalier au long cours. je veux un cheval qui ne se blesse pas lui-même, dont la foulée est ample car il se fatiguera moins, dont le dos est droit car il me portera avec moins de peine, dont la corne est dure car je le ferrerai moins souvent, dont la peau est noire car il résistera mieux aux agressions du soleil. Et surtout je ne souhaite pas que le cheval devienne un joli jouet dans un boxe qu’on traite comme une petite fille, lui qui aime les grands espaces. Mais, de fait, la robe isabelle dorée de certains akhal-téké est très belle.

Les progrès de la génétique ont permis de découvrir les gènes impliqués dans les différentes couleurs de robe des chevaux.

Le isabelle résulte de la présence de gènes dits de « dilution » qui ont pour effet d’éclaircir les pigments déjà présents. Ces gènes sont appelés D et Ccr.

Le gène D dilue les deux pigments présent dans les poils et les crins, à l'exception d'une bande de crins au centre de la crinière. Une raie de mulet, les bandes cruciales et les zébrures sont également des caractéristiques de l'action de ce gène.

Donc, (D,D) = dilution importante.

(D,d) = dilution moindre.

(d,d) = aucun effet.

Le gène Ccr dilue uniquement le pigment Phaéomélanine (marron-rouge).

Donc, (C,C) = aucun effet.

(Ccr,C) = suppression de la moitié du pigment marron-rouge.

(Ccr, Ccr) = suppression de la quasi-totalité du pigment marron-rouge.

 

La robe isabelle possède donc les gènes (D,-) ou (dd) qui joue sur la couleur plus ou moins clair de la robe et la paire (C, Ccr). Cette dernière paire pose des problèmes aux éleveurs qui veulent éviter le spectaculaire mais fragile cremello. Gène récessif, il peut être présent et caché chez les deux parents mais réappaître chez le poulain.

 

Ce que donne les croisements :

Isabelle + Isabelle = cremello, bai ou isabelle

Isabelle + Bai = Isabelle

Isabelle + Cremello = 75% cremello, 25% isabelle


Dans les studbooks, on remarque que l’identification des robes est souvent assez aléatoire.

Plyajnaya est identifiée noire pangarée alors qu’elle est isabelle foncé comme le prouve ses nombreux poulains cremello.

Abdoula Kan est identifié bai, raie de mulet, mais la raie de mulet est le signe du gène D, facteur d’isabelle…

Bref, comme la recherche génétique coûte cher, il est à prévoir que peu de propriétaires fassent rectifier ces erreurs, somme toute assez peu importantes

 

Pour des informations complètes, nous vous conseillons de lire le dossier http://www.le-site-cheval.com/robes/index.html

Et pour des informations sur les robes des akhal-tekes :

http://www.turanianhorse.org/col_dun.html




20/11/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres